L'Aristocratie politique

Discussions sur les différents sujets d'actualité.

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Mar 22 01 19 13:36

Bonjour à tous.

Pas un jour sans qu'une tremblotte n'apporte ses frayeurs savantes, dans des inventions de langage où tout sonne le creux. Après l'ultra-gauche, puis l'ultra-droite, voici l'ultra-démocratie. Et cette dernière, pour les ultra-normaux, c'est ultra-dangereux.

Un petit tour par les soviets, s'il vous plaît, pour alimenter la colique. Les soviets, surtout les soviets hygiéniques, c'était quoi au fait ?... Un truc pour désinfecter les fumées du vingtième siècle commençant ? Ca a exercé le pouvoir un jour ce truc-là ? Dans quel pays ? Et qu'elles en ont été les réalisations ? Ca a fait l'objet de bandes dessinées ? Il y a des mangas là-dessus ? Et c'était de l'ultra-démocratie ! C'était des ultra-soviets alors !

Pour l'ultra-Weber, plus Weber que Weber lui-même, la démocratie est un danger pour la démocratie, surtout quand elle est ultra, ultra-Weber bien sûr. Weber connaît l'histoire des soviets, il ne la confond pas avec celle des Helvètes; mais celle des Helvètes ne l'intéresse pas, il préfère celle des soviets. Il peut ainsi paisiblement continuer à se faire des frayeurs, de bonnes et saines frayeurs où c'est le citoyen qui joue le rôle du méchant et du méchant taré, le pire.

Weber, très en phase avec ses ultra-phobies a très très peur de la démocratie "directe"; mais qui n'a pas peur de la démocratie "directe" ? Tout le monde a peur de la démocratie "directe", puisque généralement il paraît nous sommes soumis à des peurs sur tout ce qu'on ne connaît pas. La démocratie "directe" n'est d'ailleurs pas la seule chose dont on a peur, on a peur également de la démocratie "indirecte", puisqu'on ne la connaît pas non plus. Et effectivement on a peur aussi de la démocratie pour la même raison. On a très peur en fait.

Heureusement dans le régime que nous connaissons, il n'y a pas grand chose pour nous faire peur, sauf à la marge mais vraiment très peu, c'est l'avantage de la tutorocratie où nous baignons comme dans un liquide amniotique qui nous protège de tout et fait l'enchantement des fanas de ce gaullisme institutionnel puéricole où de si bonnes carrières peuvent se faire à l'abri des horribles soviets et des impertinents Helvètes.

Oui, le RIC est un danger pour la démocratie non représentative; et ça effectivement ça fait très peur. Heureusement c'est bientôt l'heure du goûter.

https://www.nouvelobs.com/societe/20190 ... ratie.html

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Jeu 31 01 19 10:41

Bonjour à tous.

Édouard Philippe préfère savoir les jihaineux français condamnés en France plutôt que "dans la nature". Belloubet les voit plutôt en bas âge ces coupeurs de têtes incendiaires de l'humain, et aime aussi à les savoir rapatriés, peut-être une adoption en vue pour cette maman de la grâce.

Pour le plouc ordinaire, c'est-à-dire l'imbécile de la rue, le citoyen français en somme, ses impôts qui règlent tout, comme ses règles de justice qui règlent ses impôts, ne lui semblaient pas avoir d'étendue suffisante à régler les affaires pénales syriennes ni celles des Syriens que sont les enfants nés en Syrie fusse de parents français.

Désormais, par une réciprocité naturelle, la Syrie et ses propres manières de droit ont légitimité à rendre ses propres verdicts sur notre territoire. C'est ce côté "no border", gommage de frontières, qui enthousiasme si fort l'internationaliste qui fait le genre humain. Quant à nos lois, elles vont bientôt pouvoir être votées à Bagdad, l'internationalisme permet de voyager, et les voyages forment la jeunesse, comme la jeunesse forme les recrues. Que du bonheur !

https://www.bfmtv.com/politique/edouard ... 23389.html

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Dim 03 02 19 23:16

Bonsoir à tous.

Macron a ceci qui le rapproche de la droite comme de la gauche, c'est qu'il envisage le référendum comme un don seigneurial de l'Elysée au bon peuple qui ne doit surtout pas choisir les sujets qui l'intéressent.

A cette prodigalité référendaire du pauvre, la Suisse, ce pays inconnu de nos "démocrates" français en lourds sabots, n'a qu'une réponse, une réponse en forme de calendrier pour de libres votations d'initiative non pas présidentielle mais populaire.

C'est toute la modernité de la France de rester dans ses archaïsmes de grand-père présentés par un vieux en peau de jeune, encensé des jeunes en peau de vieux.

https://www.bk.admin.ch/ch/f/pore/va/vab_1_3_3_1.html

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Mar 05 02 19 13:44

Bonjour à tous.

Pour Macron la Suisse n'est pas du tout un exemple, c'est assez normal puisqu'elle n'est pas exemplaire, du tout. Sa non-violence l'indique assez, non violence qu'elle doit plutôt à sa démocratie, donc pas du tout exemplaire.

La Suisse, bien évidemment, ne saurait être un exemple pour Macron, car avec Minc, ça lui ferait un surcroît de précepteurs, un double de leçons à apprendre et de devoirs à rédiger, une grosse fatigue en somme.

Macron connaît bien l'esprit du peuple f'rançais, il le voit animé par une violence qui lui suffit à s'en méfier, sans en chercher les causes éventuelles; il connaît bien aussi le peuple suisse, il le voit tolérant, le peuple suisse, plus ouvert, plus intelligent que le peuple français, moins con en somme; le peuple suisse, peut se permettre des choses que le peuple français ne peut pas, c'est une question d'identité cérébrale, de QI, l'air des alpages y joue beaucoup; et puis les Suisses c'est comme les Grecs de l'antique Athènes, il sont peu nombreux; les Grecs c'était quelques milliers, donc leur démocratie ne pouvait pas servir d'exemple pour des sociétés de plusieurs millions d'individus; les Suisses c'est pareil, avec leurs huit millions de personnes ils ne peuvent pas servir d'exemple à des pays de plusieurs dizaines de millions d'êtres humains, etc. etc. En somme rien ne peut servir d'exemple, rien ne peut inspirer.

Et on se rend bien là compte de l'exactitude de la pensée minco-macronienne, ni la Grèce ancienne, ni la Suisse moderne ne peuvent servir d'exemple à la France, car la France à su choisir une voie qui lui est propre, celle où le principe d'égalité entre les citoyens lui vaut un Sénat, qui est une relique monarchique imposée par un tyran, où la représentation nationale représente à peu près tout sauf la Nation, où le président de la république à plus de pouvoirs que les monarques anciens, et où le citoyen est tellement violent et tellement con qu'on se passe de le consulter sur quoi que ce soit, sauf par aumône sur quelques broutilles poussées du bout de la chaussure à talon rouge, et surtout qu'on se garde bien de le considérer à hauteur de dignité humaine, incapable de formuler des souhaits de droit et de les faire inscrire dans les textes.

Nous avons là le modèle français dans toute son ampleur, une tutorocratie exercée par de savantes personnes expertes en couches-culottes à franges bleu-blanc-rouges. Eh bien si la Suisse ne peut pas servir d'exemple à la France, en revanche la France peut servir d'exemple... mais à qui au fait ?

A elle-même peut-être afin que ses tuteurs puissent continuer à se gorger des délices de Capoue, et d'un bel ensemble se laisser aller au soleil de leurs amoureuses certitudes qu'un certain Maurras définissaient ainsi : « Un régime qui vit des volontés du peuple est le paradis des crétins. ». Non, Maurras n'était pas Suisse, aussi il plaît beaucoup en France, à gauche comme à droite.

https://www.lematin.ch/monde/macron-sui ... y/18837782

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Jeu 07 02 19 10:33

Bonjour à tous.

Les camarades de Science Poteau aiment bien faire venir à soi les tronches de la "République". Avec Hollande, ils étaient sûrs de prendre une leçon de master classe, aussi ils l'ont invité à oublier de ne pas venir; et l'homme, brave sillonneur du champ des consciences à mouler dans le bronze hollandien, a répondu présent au pressant appel.

Béats, les disciples ont reçu l'offrande à sa juste valeur; fraîche et chaude la chose leur est tombée dans le récipient à idées, qui s'en est d'un seul coup mis à fumer davantage. Les analyses du ponte ont subjugué qu'on a du mal à en dire l'effet tant il fut considérable. Une ébullition cérébrale se produisait, tous étaient éblouis quand vint le quiz par quoi le Maestro signait sa fabuleuse partition: " La droite choisit un candidat pour les élections européennes plus à droite que l'extrême-droite, allez comprendre".

Eh bien la question était si ardue que personne n'a su répondre, et pourtant à Science P. c'est pas du vent qu'on a dans la tête. Toutefois à une telle invite à comprendre, peut-on rester insensible ? Et a une telle question peut-on répondre autrement que par une question, une question au Maître : Plus à droite que l'extrême droite, ce serait pas la gauche, des fois, et ses valeurs anti-démocratiques farouchement maurassiennes, telles qu'on peut les voir se révéler si fort avec l'émergence de la question du RIC en France ?

https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 64e2a55012

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Dim 10 02 19 11:37

Bonjour à tous.

Ferrand, l'homme du perchoir, estime qu'une limite a été franchie avec l'incendie apparemment criminel de sa maison. Il estime aussi que c'est intolérable. Il n'a pas tort; mais à une époque où la police se voit dotée d'armes apparemment spécialement conçues pour crever les yeux des manifestants, où une incendiaire connue pour ses antécédents psychiatriques et signalée à la police pour ses agitations singulières peut mettre le feu à un immeuble et causer des morts sans manifestation préventive de la puissance publique, évidemment on ne saurait s'étonner de rien.

Au bout du compte, il s'en passe pas mal des choses avec la présidence Macron. Il doit avoir un don cet homme-là. Certains à cet égard se disent "Mais comment fait-il ?". Ceux qui veulent des réponses sur le sujet les auront sans doute en suivant ses séances hebdomadaires de "regarde-moi" qu'il organise chaque semaine avec les maires, car actuellement c'est là où on le voit le plus, c'est là où on le voit le mieux, c'est là où seul il apparaît.

https://www.bfmtv.com/politique/tentati ... 29663.html

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Dim 17 02 19 11:54

Bonjour à tous.

Les églises ne sont pas pleines, mais le sacerdoce s'accomplit toutefois sans faiblir. Aujourd'hui, après toutes les autres, l'homélie des radios libres se livre sous la forme d'un sondage: "52% des Français estiment que les gilets jaunes doivent cesser leur mouvement". C'est vrai, ce serait bien s'ils pouvaient s'arrêter, mais que les sondés leur proposent-ils en échange ? Une démocratie ? Un doliprane ? Une sucette ? Un bon de réduction sur les pizzas ? Oui, c'est bien ce qu'il semble, il manque une suite au beau sondage tout neuf et bien chromé de l'Ifop.

https://www.bfmtv.com/societe/selon-un- ... 34511.html

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Ven 22 02 19 12:13

Bonjour à tous.

Macron méaculpise, il diagnostique aussi. Il voit à présent dans les "Gilets jaunes" une sorte d'encombrement hépatique de la société qui ne peut plus digérer la somme de quarante ans de bons et loyaux conseils au Prince. Les "Gilets jaunes" seraient donc, à son avis, une sorte d'ictère social portant bien sa couleur.

Suite à cette prime analyse, il se pose beaucoup de questions quant au remède à fournir, et reçoit à cet égard les représentants de l'industrie pharmaceutique qui visitent l'Elysée depuis une bonne quarantaine d'années. Quarante ans c'est bien, c'est comme un chiffre biblique, un chiffre du désert, du désert démocratique, donc un bon chiffre pour l'industrie pharmaceutique.

Il se plaint, Macron, d'avoir été seul dans la crise des "Gilets jaunes", de ne pas avoir été soutenu; pourtant à la télé, on aurait pas dit; mais s'il n'a pas été soutenu, comme il semble le penser, c'est peut-être qu'il était trop en avance sur son temps en se complaisant dans ces vieilleries monarchistes qui font se pâmer ses jolies boîtes à pilules, où tout se trouve pour apaiser les horribles crises de RIC qui le torturent et lui donnent tant de jaune jusque dans pensée.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca ... lectif.php

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Johnny John » Mar 26 02 19 13:07

Bonjour à tous.

Raymond Barre, de son temps professait. Quand il passa aux affaires, il professait toujours à ceux qui lui demandaient des comptes sur le chômage. C'était un professeur, il professait. De nos jours, où le chômage a mis au piquet nos prétentieuses éminences cérébrales, c'est dans d'autres domaines du social que la neurone aiguisée à la meule d'affûtage produit son comptant de vessies creuses.

Dominique Rousseau, diffère notablement de Raymond Barre; Raymond Barre ne professe plus, Dominique Rousseau si. Par ailleurs, contrairement à Raymond Barre, Dominique Rousseau n'a pas franchi le pas des affaires, il est lucide, lui, sur l'efficience de son savoir. Ce qui d'ailleurs ne l'empêche pas, tout comme Raymond Barre, de savoir, un savoir qu'il enseigne. C'est un professeur, il professe.

Ce qu'il professe, il le tient des meilleures sources, les siennes. Ainsi, il voit dans les "Gilets jaunes" des gens à ce point différents de lui qu'il les range dans la catégorie des conservateurs peu créatifs, comme si la pratique du référendum appartenait à nos usages coutumiers. C'est en cela qu'on peut observer combien l'université mène à tout et surtout aux visions. Si les visions se soignent, l'enseignement de Dominique Rousseau est-il soigné ?

Son enseignement emprunte à la physiologie ce qui rapproche le plus l'homme de l'animal, le réflexe pavlovien où quand la cloche sonne le chien remue la queue, raison pour laquelle on le déguise en jaune pour une promenade sur l'agora afin qu'il puisse abondamment marquer son territoire d'un flux aux couleurs de son gilet.

Mais Dominique Rousseau, pour faire passer ses lumières, ne donne pas seulement dans l'expérience de laboratoire, il sait aussi emprunter à la pure logique des grands novateurs ; il oppose ainsi au vieux référendum de Pavlov une sorte de mouvement agoratique genre "Nuit debout" où la discutaille de plein air permettrait l'émergence d'une briqueterie sociale d'où sortirait un matériau si noble qu'il irait droit... droit où ça, au fait ? Enfin il y irait droit, c'est l'essentiel... pour Dominique Rousseau.

Notre éminent professeur, fort d'une expérience du référendum qui défie l'entendement, pose celui-ci comme contraire à l'intelligence humaine ; puisqu'il l'a bien vu depuis qu'il se livre aux votations citoyennes, le référendum n'incite pas à échanger des idées à cause de son fort taux d'oxyde de carbone qui pourrit l'atmosphère dès qu'il fait mine d'apparaître, mais aussi des émotions du vulgum pecus incapable de distinguer tout ce qui n'échappe pas à la subtilité de Dominique concernant la vie de son voisin.

Les plus grands ont toutefois des limites, à peine perceptibles mais limites tout de même. Dominique Rousseau n'échappe pas à la règle bien sûr, mais il faut dire que la tâche est tellement rude, comment faire autrement; aussi, tout essoufflé de sa démonstration, lui non plus ne parvient pas à franchir le cours du fleuve immense de ses intentions d'origine et, tout comme ses collègues en amuseries sociales, se garde bien d'aborder, non pas Le référendum, qui constitue l'argument du pauvre, mais la pratique référendaire courante, comme en Suisse, qui est le marqueur par excellence entre une démocratie et cette tutorocratie qui fait les délices dits de "Rousseau".

Rousseau à ses délices, il a sa logique, il a son poste, et il dit de grandes choses: "La délibération favorise l’élévation de la conscience, le référendum conduit à son abaissement.". Il ne lui reste plus, pour accéder à son bâton de maréchal que d'en administrer la preuve.

Et puisqu'on évoque le Brexit, il est quelques questions intéressantes à son sujet. Le référendum qui y a conduit était-il une aumône du pouvoir au bon peuple à qui de longues pratiques du silence démocratique avait été imposées et qui n'en pouvait plus du mépris à cet égard, ou faisait-il partie d'une pratique référendaire courante d'initiative citoyenne en Grande-Bretagne ?

Si le Brexit est l'image fondamentale de la lassitude des Britanniques vis-à-vis d'une politique migratoire qu'il ne maîtrisaient pas, la faculté du référendum d'initiative citoyenne sur un tel sujet aurait-il permis de régler ce problème en son temps sans en passer par le Brexit ? Et si l'on peut tromper sur un référendum d'initiative gouvernementale, peut-on pratiquer de la même manière sur une pratique courante d'initiative citoyenne ? Beaucoup de questions, heureusement Rousseau est là pour répondre. La Suisse, elle, ça fait déjà longtemps qu'elle a répondu, mais il est vrai qu'elle n'a que son peuple à servir.

https://www.lemonde.fr/idees/article/20 ... _3232.html

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3149
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Re: L'Aristocratie politique

Messagepar Christophe » Mer 27 02 19 10:07

JJ, te souviens-tu de ma réflexion, il y a quelques années, te comparant à Talleyrand pour ta causticité ?
Je persiste et pense devoir te hisser encore plus haut, en y ajoutant une large touche d'humour britannique tout-à-fait de circonstance. :D :lol:
Christophe
 
Messages: 1394
Inscription: Mer 09 06 10 21:38
Localisation: Paris

PrécédentSuivant

Revenir vers LES DÉBATS QUI FONT LA UNE

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 4 invités

cron