Page 1 sur 1

La présidentielle américaine de 2020

MessagePublié: Mer 21 08 19 13:43
par Jean-Francois Richard
Les chances de Donald Trump à la présidentielle de 2020

Donald Trump est décidément très fantasque. Il dit que tout va pour le mieux avec son copain le dictateur de Corée du Nord Kim Jong-un, en dépit de nouveaux tirs de missiles ces derniers jours. Mais ses services font état d'un espoir de reprise fructueuse des discussions, justement après ces tirs de missiles assez contrariants...

Parallèlement, il annule un voyage au Danemark qu'il traite de pays "très spécial" car on ne veut pas lui vendre le Groenland !

Pour la prochaine présidentielle, nos repères astrologiques sont assez neutres. Trump pourrait bénéficier du gauchisme ambiant au Parti démocrate, car cela rappelle la candidature extrémiste de George McGovern à la présidentielle de 1972.

Une confrontation Uranus-Neptune, comme aujourd'hui, avait visiblement favorisé le gauchisme chez les Démocrates... En conséquence, McGovern avait été très sèchement battu par Richard Nixon pour son second mandat. Cependant, le cycle Saturne-Uranus, qui influe beaucoup sur les Etats-Unis, favorisait alors très directement la stabilité politique avec un superbe trigone positif très serré.

Lors de la présidentielle de novembre 2020 l'an prochain, le cycle Saturne-Uranus sera globalement assez neutre.

A la limite, le président élu ou réélu devant prendre ses fonctions en janvier 2021, on pourrait envisager une alternance politique car on approchera d'un choc Saturne-Uranus. Celui-ci, un carré de 90°, aura en effet lieu en février 2021. Difficile d'en tirer des conséquences péremptoires cependant...

Mais dans ce cas de figure, le si fantasque Donald Trump serait battu. Sans doute à cause d'une santé un peu chancelante de l'économie, tout autant que pour ses virages et revirements politiques imprévisibles.

Mais il faudrait sans doute que les Démocrates ne présentent pas un gauchiste à l'élection de novembre 2020. Or, pour le moment, le choc Uranus-Neptune pousse en ce sens et le démocrate modéré Joe Biden a bien du mal à se faire entendre. Il n'est pas très jeune non plus à 76 ans pour briguer le poste de président des Etats-Unis, mais pas moins pour autant que Donald Trump et ses 73 ans...

Re: La présidentielle américaine de 2020

MessagePublié: Dim 25 08 19 19:06
par sivadon
En effet, l'astrologie ne peut rien dire de précis. Saturne-Uranus s'approche du carré au printemps (2020 !, correction du 25/09/19), mais début novembre l'orbe atteint 12°, même si elle commence à se réduire petit à petit, avant d'accélérer après l'élection. Uranus-Neptune pollue la majorité de la primaire démocrate, en se desserrant un peu vers la fin.

Alors, on est conduit à se demander ce qui peut se passer avant. D'abord, il y a quelques risques que l'économie et l'emploi ne soient pas aussi florissants qu'ils l'ont été pendant la majorité du mandat de Trump, voire que sa politique de déficit exagéré et de relâchement du contrôle sur le système bancaire ait eu le temps de déclencher des catastrophes. Or, on sait le poids de ce critère sur l'électeur américain. Et il y a encore autre chose, pour laquelle on a besoin des astres !

On peut dire que Trump a été le président qui a le plus affaibli le clan de l'Occident et des démocraties : égoïsme national affiché et observé avec antipathie depuis le reste du monde, relâchement du lien avec ses alliés et aide directe ou indirecte à ses ennemis, le cas de la Corée du Nord qui l'a manipulé étant le plus significatif. Or, l'année 2020 se passera pour l'essentiel après la conjonction Saturne-Pluton. Si celle-ci continue de jouer le même rôle que pendant les trois cycles précédents, c'est à dire de régner sur les relations internationales, il y a un risque que toutes les imprudences commises par Trump, que sa politique spectaculaire, brouillonne et court-termiste donnent au grand jour leurs résultats défavorables, non seulement pour les Etats-Unis, mais aussi pour Trump lui-même. Il pourrait dans ce cas être remplacé par un autre républicain, ou du moins partir au combat avec des chances diminuées. Mais là aussi, on est trop loin pour avoir des certitudes, sauf que le début du mandat, sous l'effet du carré Saturne-Uranus, sera forcément difficile pour le président, quel qu'il soit.

Re: La présidentielle américaine de 2020

MessagePublié: Mer 25 09 19 21:28
par sivadon
J'ajoute quelque chose avec beaucoup d'hésitation. Il y a au fond aux EUA l'équivalent de l'opposition entre les bobos français et ceux que les bobos qualifient de franchouillards. Le principal élément de l'opposition est l'attitude vis-à-vis de l'immigration, mais il y en a d'autres. Ce n'est peut-être par hasard si c'est en 2019 que Jérôme Fourquet a écrit L'Archipel français (dans lequel il décrit cette fragmentation de la société et où il prouve également, sans le dire ainsi, ce qu'on appelle couramment le grand remplacement). 2019, avant la conjonction Saturne-Pluton.

Il n'y a rien d'irrationnel à imaginer que les années 20, avec cette conjonction, d'autres aspects des lentes, etc, puisse aboutir à une tendance inverse à la fragmentation, une sorte de réunification, ou du moins un effort conscient de réunification, ceci aux EUA comme en France. Sur l'immigration, il est évident que la rationalité est du côté des classes populaires, pas des bobos. Dans cette nouvelle époque, des irrationnels comme Trump, des choses comme le Brexit (dénoncé par Renaud Camus !), etc, n'auraient plus leur place. Les non bobos n'en auraient plus besoin.

Mais avant de dater la tendance à la réunification de la société, il faut dater la séparation. Evidemment, la période de 1982 est à envisager, donc Saturne-Pluton. Mais 1968 (pour la France, mais il y a des équivalents ailleurs), période dans laquelle les futurs bobos ont abandonné le peuple en prétendant faire la révolution à sa place, puis choisi dans une deuxième étape les immigrés comme nouveau peuple ou nouveau prolétariat, est aussi à considérer, donc le cycle Uranus-Pluton (conjonction 1965, prochaine étape : 2026).

Trump est en baisse dans les sondages (je l'apprends aujourd'hui) et menacé d'empeachment cette semaine. Le 19 septembre, Saturne, qui était rétrograde, devient direct. Comme il est plus rapide que Pluton, il s'approche de la conjonction après s'en être éloigné depuis ce printemps. Cette tendance au rapprochement permet-elle à la nouvelle période de s'annoncer, au moins par quelques signes ? Raisonnement fragile.

J'ai conscience que ce que j'écris laisse beaucoup trop de place à l'intuition et au coup d'œil. Mais à tort ou à raison, je l'écris et d'autres pourront peut-être soit le préciser, soit l'infirmer. Pour en revenir à la réélection de Trump, également à un candidat démocrate trop à gauche pour l'emporter, j'y crois de moins en moins. Il peut y avoir aussi un candidat républicain autre que Trump, même si ce n'est pas l'hypothèse la plus probable. Trump, à la rigueur, peut être réélu puis aussitôt empêché (2021 : carré Saturne-Uranus). Bref, Trump (et peut-être Macron aussi, même s'il essaie de se détacher de l'extrémisme migratoire) ce serait l'ancien monde, celui d'avant 2020.

Re: La présidentielle américaine de 2020

MessagePublié: Ven 27 09 19 22:28
par sivadon
Tout de même, en restant un peu trop du côté français, je crois qu'on peut dater l'hallucination anti-raciste (je ne parle pas de l'anti-racisme en général, évidemment) des années qui ont suivi la conjonction Saturne-Pluton de 1982. Touche pas à mon pote et un peu avant la mode de la main de Fatma, c'est 1984-1985.

En relisant ce livre brillant, Histoire de l'Islamisation française, qui commence il est vrai en 1979, on peut dater le basculement des élites de gauche de 1983. Des grèves à contenu religieux mahométan avaient eu lieu dans diverses usines automobiles et des ministres socialistes avaient protesté, comme Jean Auroux, contre "le regroupement d'étrangers refusant d'accepter les règles de notre pays", "l'institutionnalisation d'une religion... à l'intérieur du lieu de travail". Le 1er février 1983, un édito de Serge July dans Libération avait évoqué le racisme à ce sujet. Et ensuite ? ensuite, plus rien. La gauche de Blum se tait, elle était devenue celle de Doriot et de Déat (merci pour cette formule, cher ami, si tu me lis), par une métamorphose dont seule l'astrologie peut expliquer la rapidité.

Il est bien clair que je parle de la massification d'un phénomène, pas de sa naissance dans les milieux éduqués, car dès les années 70, certains milieux d'extrême-gauche et intellectuels cultivaient une étrange indulgence pour tout ce qui était musulman, égale à leur sévérité pour tout ce qui était chrétien. A cette époque, le vrai racisme existait encore dans d'autres parties de la société.

Je ne connais pas assez les États-Unis pour savoir si l'évolution des idées y est comparable. Peut-être pas, mais en général, les courants de pensée ont une histoire assez proche dans les pays de civilisation apparentée. 2020, les yeux grand-fermés vont-ils s'ouvrir aussi massivement ?

Re: La présidentielle américaine de 2020

MessagePublié: Lun 30 09 19 10:46
par Jean-Francois Richard
C'est vrai je crois aussi que tout cela remonte à la conjonction Saturne-Pluton de 1982. Ce qui est quand même curieux et est d'ailleurs un sujet pour moi permanent d'interrogations.

Cette conjonction a visiblement aussi entraîné le terrorisme islamiste, du moins celui d'Al-Quaida qui dépend bien de Pluton. Mais pas celui de Daech qui dépend de Neptune.

Or, en théorie, une conjonction est positive. Celle de 82 l'a bien été au plan de la croissance mondiale, les années Reagan et Thatcher, etc. Mais pas pour l'islamisme semble-t-il.

A réfléchir et analyser.. ;)

Re: La présidentielle américaine de 2020

MessagePublié: Mar 01 10 19 15:14
par sivadon
Moi aussi je suis perplexe devant tous ces faits...

Néanmoins, j'essaie d'éclaircir mes idées en ne confondant pas, d'une part l'islamisme, phénomène extérieur à la civilisation européenne, d'autre part l'anti-racisme (le pseudo anti-racisme), lui-même lié au boboïsme. On peut supposer et espérer que les seconds sont associés au cycle Saturne-Pluton, en même temps que des phénomènes économiques que nous connaissons bien.

Pour l'islamisme, je n'arrive pas à repérer un cycle. Il a des racines touffues et par exemple la guerre d'Algérie, que nous voyons comme une guerre d'indépendance et de décolonisation, est aussi une guerre au nom de l'Islam. Mais, et c'est peut-être simplificateur, l'apparition au grand jour et le triomphe de l'islamisme, c'est évidemment la révolution khomeyniste en Iran. Et là, que voyons-nous ? Pas une conjonction, mais Pluton en semi-sextile d'Uranus, lui-même en semi-sextile de Neptune, tout ça vers 19°. 30, 30, 60. Pour nous compliquer encore les idées, 1979, c'est aussi Thatcher, quant à Reagan, il sera élu en 1980, donc comme pour Thatcher avant le cycle libéral qui commence en 1982. D'un côté, il n'est pas étonnant que les sociétés les plus plastiques, celles anglo-saxonnes (lire Emmanuel Todd), aient anticipé ce que les autres connaîtront plus tard.

En gros, si je crois (mais je ne suis pas neutre) que le cycle « anti-raciste-immigrationniste-boboïste » de l'Occident s'achèvera vers 2020, j'en suis moins convaincu pour l'islamisme, ou c'est moins net. Tout au moins, peut-on supposer que l'islamisme sera plus fermement combattu dans les pays de civilisation européenne et occidentale. En 2026, le trio de 1979 refait son coup en valeurs doubles : 60, 60, 120, le tout à 4° (notamment, en fin juillet, une conjonction Soleil-Jupiter y ajoute 60 autres degrés). Mais comment interpréter ça du point de vue de l'islamisme ?

En quoi le pseudo-anti-racisme est-il positif d'une certaine manière ? Pour le comprendre, il faut voir les choses de plus haut. Il succède à une période de plusieurs siècles où progressivement les Européens se sont convaincus de la supériorité de leur civilisation (techniquement, ils avaient un peu raison), de la supériorité de la race blanche, jusqu'à considérer que les autres étaient inférieurs par nature et bons pour les servir. Ils ont colonisé. D'ailleurs, plusieurs civilisations autrefois brillantes étaient sur le déclin, Islam, Inde, Chine, tout ça à chaque fois à cause d'une évolution de plus en plus machiste et antiféministe (l'Islam dit des Lumières, c'était avant que les mœurs arabes aient eu le temps de s'étendre aux sociétés de la Perse, de l'Afrique du nord, de l'Espagne; quand cette arabisation, quelques siècles plus tard, a eu atteint la majorité de la civilisation arabo-musulmane, celle-ci est tombée dans la torpeur et le conservatisme).

Les Européens et en général les Occidentaux ont d'abord perdu de leur superbe dans les faits : d'abord ce fut la décolonisation, ensuite des pays de civilisation non-européenne ont adopté l'industrie venue d'Occident, avec l'avantage d'une main-d'œuvre bon marché (il est vrai que les Japonais avaient anticipé le phénomène).

Dès lors, les Occidentaux étaient prêts pour une remise en cause, au fond salutaire, de leur sentiment de supériorité. Et c'est ça l'aspect positif. Mais il est allé trop loin, cette remise en cause a pris une forme caricaturale, comme cela arrive souvent dans les phénomènes de pensée. La correction à attendre, c'est une vue plus lucide des caractéristiques civilisationnelles et culturelles, qui fera apparaître que notre civilisation, la moins antiféministe de toutes, mérite d'être défendue.

Daech dépend de Neptune ? Je ne sais pas. Il faut regarder plusieurs dates. La plus ancienne, la proclamation de l'Etat Islamique d'Irak, c'est le 13 octobre 2006 : une configuration spectaculaire, où toutes les lentes plus Soleil et Mars sont en aspect, donc concernées. Je l'avais annotée sur mes éphémérides. Mais il est possible que ça n'ait guère attiré l'attention à l'époque, beaucoup moins que le rétablissement du califat le 29 juin 2014 et l'adoption du nom Etat Islamique (sans limitations géographiques).

Re: La présidentielle américaine de 2020

MessagePublié: Mar 01 10 19 16:49
par Jean-Francois Richard
PS : Neptune trône dans la carte du 13 octobre 2006. Y compris à cause de l'opposition de Saturne qui a détruit ou presque l'Etat islamiste qui a suivi...

Pour le reste, il faut aussi compter avec la démagogie clientéliste de la gauche, qui va chercher ses électeurs avec l'argent des autres. Là, c'est plus compliqué à analyser avec les astres et les planètes car cela remonte bien loin...