Comment la Grèce peut-elle s'en sortir ?

Discussion sur l'Europe.

Comment la Grèce peut-elle s'en sortir ?

Messagepar Jean-Francois Richard » Lun 09 05 11 16:42

Comment la Grèce peut-elle s'en sortir ?

Nous l'avons déjà écrit au début de la faillite grecque il y a plus d'un an
: la Grèce ne peut pas s'en sortir, c'est trop tard, il ne fallait pas
accumuler autant de dépenses publiques et clientélistes... Les faits ont
donné raison à cette analyse. La Grèce tombe de charybde en scylla et le
fond du trou est encore bien éloigné... Le ministre grec des Finances a beau
"rejetter" la nouvelle dégradation de la dette par l'agence Standard & Poors,
on mesure à quel point cela est à présent infantile : cela caricature en fait la
mentalité d'assisté de l'Europe que la Grèce joue depuis son intégration... Et
à présent, elle pleurniche devant la dureté des temps : il fallait y penser avant !

A présent, comment la situation peut-elle évoluer sur les prochains mois ou
prochaines années ? C'est d'autant plus intéressant d'examiner la question,
que ce cela va en fait concerner tous les pays surendettés de l'Union
européenne, au moins les plus fragiles ou les plus périphériques dans un
premier temps.

La Grèce n'a plus aucune "bonne solution", elles sont désormais toutes
mauvaises. Mais la moins pire, du point de vue de ce pays, est à notre avis
la suivante à plus ou moins long terme :

- Sortie de la zone euro et retour à une drachme qui serait alors dévaluée
entre -30 et - 50% par rapport à l'euro.

- Restructuration de la dette en allongeant les maturités et en réduisant
par exemple les remboursements de 100 à 60 ou 50% ou plus bas encore.

Voilà... Sur le seul plan des finances publiques grecques, c'est l'
unique moyen. Il permettrait en effet de réduire d'un coup la dette grecque
de l'ordre de 40, 50 ou même 60% ou même plus. Les créanciers seraient
évidemment spoliés et pris en otages, mais c'est toujours la conséquence
inéluctable de la faillite d'un Etat.

On va nous objecter que la Grèce n'a pas intérêt à quitter la zone euro, car
sa dette est... libellée en euros. Autrement dit, son remboursement
co√Ľterait plus cher si elle revenait √† une drachme d√©valu√©e. Nous avons
nous-même retenu jusqu'ici cet argument... Mais il est parfaitement imbécile
! Si la Grèce restructure sa dette, qui pourrait l'empêcher d'inclure une
clause indiquant que les remboursements se feront à raison d'un euro = une
drachme ? Personne... Par conséquent, c'est à l'évidence ce que ferait la
Grèce ! Ajoutons simplement que le plan européen et du FMI d'aide à la Grèce
s'étale sur trois ans, c'est à dire jusqu'en 2012 inclus. La sortie de la zone
euro, dans ces conditions, ne se ferait vraisemblablement qu'une fois
touchées toutes les subventions du contribuable européen... On
va adorer les Grecs en Europe !

Mais soulignons aussi que les experts de la BCE ne peuvent ignorer cette situation.
Cela revient à dire que Bruxelles, dans toutes ses composantes, se moque
du contribuable européen : il ne sera jamais remboursé, on le sait mais on
Masque cette vérité désormais d'évidence.

Revenons à la Grèce... Que donnerait une telle restructuration "globale" ?
A notre avis, deux conséquences positives en premier lieu :

- Une dette publique qui fondrait d'emblée environ de moitié (voire
davantage) et deviendrait alors un peu plus gérable. En tout cas, elle
cesserait d'étrangler le pays sur le court terme.

- Une relance économique dans le secteur des exportations comme du tourisme,
en raison d'un avantage tiré de la dévaluation de la monnaie.

Et deux conséquences négatives par ailleurs :

- Une hyperinflation immédiate (à 30 ou 40% l'an sans doute), en raison du
co√Ľt des produits import√©s notamment.

- Un abaissement drastique du niveau de vie à cause du retour à une monnaie
dévaluée et d'une énorme inflation. C'est l'appauvrissement généralisé...

- La poursuite de la hausse des taux d'intérêts et l'impossibilité de
continuer à s'endetter en raison de la perte de toute crédibilité sur les
marchés financiers et d'une défiance internationale totale. Une récession
accentuée suivrait évidemment, accentuant l'appauvrissement général.

La crise grecque serait donc loin d'être finie... Mais c'est probablement la
seule solution pour ce pays, car cela ferait d'emblée fondre une grande
partie de la dette; et l'hyperinflation, qui suivrait aussit√īt,
contribuerait également à réduire fortement le solde de cette dette. Par
ailleurs, cette inflation peut aussi permettre de réduire plus facilement
les déficits annuels en jouant sur une plus faible revalorisation des
salaires publics comme privés.

Bien entendu, une telle situation mènerait à un appauvrissement majeur de
l'ensemble du pays. Mais on peut se dire que, de toute façon, cette
évolution est inévitable et déjà en cours. A Athènes, près de 40% des
commerces ont déjà fermé... Sur ce plan, ce serait seulement
un peu plus rapide sans doute. Au bout du compte, cela pourrait mener à
adapter les dépenses de l'Etat grec à peu près à ses moyens réels.
L'économie pourrait sans doute repartir ensuite, mais... pas avant une
dizaine d 'années très probablement, le temps de tout purger à tous les
niveaux.

Il y aura aussi des bouleversement probables au plan politique et le retour
√† un r√©gime autoritaire ou une vraie dictature militaire appara√ģt probable.
Les tensions sociales ne feront en effet que s'exacerber davantage et elles
conduiront à une paralysie complète du pays. C'est déjà en grande partie le
cas depuis 2 ans ! La seule issue passera donc très probablement par une
dictature, sous une forme ou sous une autre et probablement nationaliste
(pour assumer notamment la rupture de fait avec l'Union européenne).

Une telle évolution pourrait déjà commencer à s'amorcer au cours des
prochaines semaines, en raison de nos mauvais indicateurs
(Jupiter-Saturne-Uranus-Pluton) déjà mentionnés d'ici l'été. Si ce n'est pas
le cas, il y a de bonnes chances que cela débute en 2012 avec l'installation
du grand carré Uranus-Pluton, qui conduit tout autant aux dettes ingérables
au plan économique qu'aux coups d'Etat, assassinats politiques et prises
de pouvoir par des partis populistes ou des dictatures militaires.

Si une telle évolution se concrétisait, quelles en seraient les conséquences
au plan international et européen ?

Il s'agirait bien entendu d'un immense coup de tonnerre ! L'Union
européenne, qui a largement contribué à un prêt de 110 milliards d'euros
pour essayer vainement de sauver la Grèce, en sortirait profondément
ébranlée. D'autant plus que, si la Grèce quittait la zone euro (après avoir
déjà bénéficié de l'énorme manne financière des fonds structurels en intégrant
la construction européenne...), cela inciterait le Portugal et l'Irlande à envisager
la même chose pour les mêmes raisons et avec les mêmes moyens...

En r√©sultante imm√©diate, il s'agirait d'un immense g√Ęchis financier, dont le
premier perdant serait le contribuable européen : près de 300 milliards
d'euros au total auraient été dilapidés ou devenus "monnaie de singe" avec
ces trois pays... Et qui peut dire que cela s'arrêterait là ? L'Espagne,
l'Italie et la Belgique sont ensuite bien placées sur la liste des pays au
bord de la faillite... Sans parler ensuite du morceau encore plus gros que
représente évidemment la France...

Une telle situation conduirait inéluctablement à une hausse sans doute
considérable et rapide des taux d'intérêts dans toute l'Europe. Y compris en
Allemagne, bien entendu, pays qui est aussi très endetté, quoi que l'on dise...
Le marché étant mondial, nul doute que cela n'affecte aussi la Grande-Bretagne
et les Etats-Unis. Bref, tout le monde occidental, qui cumule toutes les dettes de
la planète, trinquerait profondément !

Le secteur bancaire serait aux premières loges de cette Bérézina, puisque
c'est lui qui détient par des biais divers les dettes souveraines des pays
occidentaux. En résultante, l'addition serait présentée d'une façon ou d'une
autre aux épargnants... Avec un effet récessionniste évident, puisque
l'épargne est le seul moteur de l'investissement, donc des créations
d'entreprises et des emplois, etc.

Pour conclure, la restructuration de la seule dette grecque ouvrirait la
porte à l'émergence d'un séisme économique et politique mondial ! L'Union
européenne serait obligée de se restructurer complètement pour essayer au
moins de sauver les meubles et sans doute réduire ses ambitions sur une petite
zone euro. Etc.

Arrêtons là le feuilleton économique et politique... Ce n'est qu'une
esquisse prévisionnelle, dont le point de départ est d'une part la situation
actuelle au plan de la crise des déficits et d'autre part l'analyse de
l'évolution des configurations planétaires sur les prochains mois et surtout
les prochaines années. Cela ne remet pas en question l'actuelle embellie
économique, qui devrait durer jusqu'en 2012... Mais c'est de notre point de
vue une simple trouée de ciel bleu qui ne va pas durer au-delà de 2012, car
la crise est beaucoup plus profonde et enracinée. Et elle va achopper sur les
dettes accumulées de façon si irresponsables depuis tant de décennies... A
cet √©gard, la Gr√®ce nous indique le chemin que nous allons tous conna√ģtre !

Aujourd'hui, le maillon le plus faible est encore et toujours la
Grèce... La bureaucratie bruxellois pensait la sauver ? Pas du tout, elle a
à peine retardé l'explosion inévitable de quelques mois, au mieux d'un ou
deux ans. Et elle aura en fait aggravé le problème, ne serait-ce qu'en
dilapidant avec le FMI des centaines de milliards d'euros pour, en fait, ne
permettre aux dettes que de gonfler encore et toujorus... Voilà le seul
résultat de ce clientélisme politique au sommet, c'est la dernière conclusion
à tirer de la situation et c'est tout à fait conforme, historiquement, au grand
conflit Uranus-Pluton encore en phase de montée en puissance : révéler toute
l'étendue de la corruption politique sous ses différentes formes en en
présentant l'addition.

Le 7 mai 2011[/b]
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Johnny John » Mar 10 05 11 23:26

Bonsoir à tous.

Là, tu vas fort, Jean-François ! Alors, maintenant pour apaiser tes inquiétudes, voici un ron-ron bien rond, comme on les aime.

Tu vas voir, c'est très apaisant, surtout avec une petite lampée d'ouzo.

http://www.boursorama.com/international ... 99d35bf186

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3401
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Messagepar Jean-Francois Richard » Jeu 02 06 11 14:57

"Toujours plus" pour la Grèce

Il faut donc 60 milliards d'euros de plus pour "sauver" à nouveau la Grèce... Comme cela ne sauvera pas du tout le pays, ce seront donc 110 + 60 = 170 milliards d'euros versés à l a Grèce et qui auront été jetés par les fenêtres pour ne servir à rien. C'est dire l'ardeur dépensière des instances européennes et du FMI ! C'est dire aussi à quel point l'argent public est gaspillé dans les pays occidentaux : est-ce un hasard si la totalité des pays occidentaux sont en situation de faillite ? Sans doute pas.

Par ailleurs, les instances europ√©ennes semblent pousser √† une restructuration de la dette grecque qui ne dirait pas son nom et ne concernerait que les banques priv√©es. Le terme "banques priv√©es" vise √† faire admettre par l'opinion europ√©enne cette spoliation qui ne concernerait que le "priv√©" alors que le "public" (l'Union europ√©enne et le FMI en l'occurrence) en serait exon√©r√©. Et en tapant sur les banques, on est s√Ľrs d'√™tre bien vus de l'opinion...

Oui mais... Mais on cache en fait la vérité à l'opinion. Et pour appeler un chat un chat, on lui ment effrontément : la dette grecque n'est pas spécifiquement dans les mains des banques privées ! A l'évidence, elle se trouve dans les différents fonds bancaires, obligataires ou diversifiés, qui sont vendus à la clientèle. Et, s'agissant de la France, ils sont notamment dans les fameux supports en euros des contrats d'assurance-vie.

Autrement dit, l'Union Europ√©enne et le FMI veulent faire payer au contribuable europ√©en (pour l'essentiel) la somme de 170 milliards d'euros pour seulement retarder un peu plus la faillite de la Gr√®ce; et de surcro√ģt, ils veulent que les √©pargnants europ√©ens (√† nouveau pour l'essentiel) √©pongent une deuxi√®me fois cette somme en subissant les pertes li√©s √† la faillite de la Gr√®ce. On appelle cela une escroquerie !

Cette escroquerie majeure ira tr√®s probablement jusqu'√† son terme ultime. Ce serait en tout cas dans la logique du grand carr√© Uranus-Pluton, d√©j√† fort nocif en soi mais sur lequel se greffe de surcro√ģt la d√©croissance si n√©gative du cycle Saturne-Pluton. Cela met en valeur des dettes impossibles √† rembourser, donc des faillites d'Etats souverains dans la situation actuelle. De surcro√ģt, cela pousse aussi √† diff√©rents rackets, escroqueries et malversations financi√®res, afin de dissimuler le plus longtemps possible les mauvaises gestions qui ont conduit √† ces situations de faillite. Nul doute, dans ces conditions, que les contribuables et √©pargnants europ√©ens (bien souvent les m√™mes !) ne soient rapidement victimes de l'irresponsabilit√© des politiciens de Bruxelles, de la fuite en avant financi√®re qui s'organise actuellement et des escroqueries ou malversations qui ne peuvent qu'en d√©couler.

Finalement, c'est tout un syst√®me et une fa√ßon de penser qui s'√©croulent devant nos yeux. La Gr√®ce a menti pour int√©grer la zone euro et elle a de nouveau menti sur la sinc√©rit√© et l'ampleur de ses plans d'aust√©rit√© depuis plus d'un an. Pas grave... Les autres n'ont qu'√† payer. Probl√®me : ca ne suffira pas pour √©viter le drame. En cons√©quence, le ch√Ęteau de cartes s'√©croule.

En r√©sum√©, c'est l'√©chec complet d'une politique d'assistanat. Le co√Ľt est d√©j√† exorbitant sur le papier (170 milliards d'euros), mais cela ne prend pas en compte les d√©g√Ęts collat√©raux qui ne sont pas chiffrables en l'√©tat mais peuvent tripler ou quintupler le montant de l'assistance initiale de 110 + 60 milliards d'euros...

Les citoyens européens vont donc devoir se serrer la ceinture, tout simplement parce que l'on a accepté, autorisé même et encouragé au bout du compte la politique institutionnelle du mensonge permanent de la si corrompue classe politique grecque, gauche et droite confondue. Il y a quand même de quoi être furieux, non ? Ce sera assurément le cas ! Dans la foulée du passage si désastreux pour l'Europe d'une opposition Jupiter-Saturne, divisions et règlements de comptes vont se succéder au sein de l'Union.

Ce sera assur√©ment regrettable et compromettra la stabilit√© de tout un continent. Stabilit√© autant politique que financi√®re, mon√©taire et budg√©taire. Mais qui pouvait croire que l'on pouvait monter une nouvelle cha√ģne de Ponzi avec les d√©ficits des uns et des autres ? L'irresponsabilit√© politique en la mati√®re fait froid dans le dos. Sur ce mois de juin 2011, on atteint une nouvelle √©tape de cette longue crise. D'ores et d√©j√†, plus aucun √©conomiste digne de ce nom ne croit que la Gr√®ce sera sauv√©e de la faillite : c'est dire √† quel point les dirigeants europ√©ens s'obstinent √† aller droit dans le mur !

Le 2 juin 2011
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Johnny John » Jeu 02 06 11 22:23

Bonsoir à tous.

A un ou deux détails, on s'aperçoit, Jean-François, que la Grèce attire ton attention. Aussi la date du 11/6/1975, jour de la promulgation de la constitution grecque en vigueur aujourd'hui, ne devrait pas laisser indifférent ton désir d'en savoir plus sur le devenir de ce beau pays si séduisant qu'on lui laisse tout notre argent.

Johnny John

Image
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3401
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Messagepar Jean-Francois Richard » Jeu 02 06 11 22:39

Bsr jj,

Je n'ai pas présenté le thème mais je le ferai... En fait, je le trouve trompeur "sur le papier".

En fait, la Grèce dépend pour l'essentiel à mon avis du cycle saturne-neptune : son tout Etat obèse qui vit au-dessus de ses moyens et ne le peut plus avec le cycle descendant depuis 2007.

Ensuite, on y trouve tous les ingrédients de la crise actuelle avec un carré saturne-pluton, le cycle étant décroissant; et une opposition jupiter-pluton. Et aussi un carré jupiter-saturne, le cycle étant décroissant et rappelant la crise européenne actuel et en progression à cause de la grèce.

On me fera remarquer que le carr√© saturne-pluton et l'opposition jupiter-pluton sont d√©pass√©s en orbe. C'est vrai "sur le papier", mais ces aspects √©taient exacts quelques semaines plus t√īt et (pour moi) ils ont totalement impr√©gn√©s la gr√®ce d'aujourd'hui.

Le thème ne donne que des repères pour le court terme (par exemple la nouvelle aide européenne/FMI qui va se faire sur un sextile saturne-neptune à brève échéance.
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Jean-Francois Richard » Ven 03 06 11 01:09

Aux dernières nouvelles, la Grèce aurait "encore" besoin de 60 milliards d'euros au minimum.

Le FMI verserait 10 milliards et le l'UE 20 milliards. La Gr√®ce, elle, ferait un nouveau plan d'√©conomies de 6,5 milliards d'euros, uniquement ou essentiellement par des hausses d'imp√īts. Par ailleurs, outre la mise √† contribution du contribuable europ√©en, les √©pargnants seraient soumis, via les banques, √† contribution par une restructuration uniquement "priv√©e" de la dette grecque.

Ca ne marchera évidemment pas !

Les r√©formes structurelles, √† savoir l'amaigrissement de l'Etat grec si ob√®se, n'est pas √† l'ordre du jour. Donc, les d√©ficits ne se r√©duiront pas ! De plus, les hausses d'imp√īts finiront de ruiner un peu plus le pays et les futures rentr√©es fiscales en seront d'autant amoindries.

La seule solution retenue et donc de continuer √† jeter l'argent du contribuable europ√©en par les fen√™tres ou plut√īt dans la mer Eg√©e. Et en plus, √† voler celui des √©pargnants.

C'est honteux, c'est anti-économique, c'est anti-social et cela prépare un peu plus la future grande crise politique et monétaire européenne. Et grecque aussi, pauvre pays de plus en plus voué au premier dictateur démagogique qui se présentera en sauveur sur le port du Pirée...

Malheureusement, Pluton est implacable !
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Johnny John » Ven 03 06 11 09:05

Bonjour à tous.

Justement, √† propos de Pluton, nous allons avoir sur ce th√®me un tr√®s joli carr√© le 17 juin prochain, et comme Uranus se pointe √† la proche opposition du m√™me et que Saturne rel√Ęche son sextile √† Neptune et va bient√īt venir √©pouser tr√®s lentement l'opposition du couple Mars/Jupiter et que...

Il est temps de prendre des vacances.

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3401
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Messagepar Jean-Francois Richard » Ven 03 06 11 11:20

... en Grèce ?
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Johnny John » Ven 03 06 11 21:50

Bonsoir à tous.

Evidemment en Grèce, c'est là que se trouvent nos milliards !

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3401
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Messagepar Jean-Francois Richard » Sam 04 06 11 16:24

Selon un dernier sondage en Grèce, 40% ne croient pas que leur régime démocratique puisse sauver le pays et 23% sont favorables à un dictateur qui ne serait plus tributaire de la corruption des élus actuels.

Le carré uranus-pluton et le cycle décroissant saturne-pluton poussent à la dictature, aux coups d'Etat, au populisme et au fascisme. On y est... La Grèce est un vrai modèle d'anticipation, dans tous les domaines.
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Suivant

Revenir vers EUROPE

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron