Comment la Grèce peut-elle s'en sortir ?

Discussion sur l'Europe.

Messagepar Jean-Francois Richard » Mer 29 06 11 16:06

La Grèce n'est évidemment pas sauvée... Tout au plus, la nouvelle bouée de sauvetage européenne et du FMI va-t-elle lui permettre de tenir quelques mois de plus.

La crise de la dette, que nous pronostiquons depuis plusieurs années, vient ainsi de franchir la nouvelle étape que nous envisagions au cours du printemps et spécifiquement sur ce mois de juin. C'est hélas dans la logique du cycle décroissant Saturne-Pluton qui est arrivé à l'étape de son dernier carré. Ce dernier se révèle d'autant plus destructeur que, parallèlement, le grand carré Uranus-Pluton est presque arrivé à maturité (2012-2016) et que ses effets sont de plus en plus importants.

Le sauvetage à répétition de la Grèce montre que les problèmes ne font que s'accumuler : un deuxième plan est donc nécessaire pour des montants (plus de 200 milliards d'euros au total) qui font désormais froid dans le dos.
Parallèlement, les taux d'intérêts ont puissamment progressé ces derniers mois dans les "Pigs", et même en Italie où les taux 10 ans ont atteint les 5% (contre moins de 3% en Allemagne). En France, le différentiel avec l'Allemagne se situe désormais juste sous les 50 points de base, niveau symbolique dont le franchissement serait psychologiquement désastreux. Aux Etats-Unis par ailleurs, le Congrès ne s'est toujours pas mis d'accord sur le relèvement du plafond de la dette fédérale... Bien sûr, un accord sera trouvé au bout du compte, mais sans doute aux forceps et cela risque de provoquer une petite crise au mois d'août prochain.

Cependant, on peut se dire que la "crise de la dette" vient de recevoir un nouveau pansement provisoire. Compte tenu d'une belle relation Jupiter-Pluton sur les mois à venir (trigone de 120°), Pluton étant bien entendu l'élément planétaire clé de cette crise de l'endettement souverain, il est assez plausible que les problèmes vont à présent se trouver une nouvelle fois mis sous le boisseau. On entendra à nouveau parler de cette crise ponctuellement, c'est évident, mais la prochaine échéance capitale sur ce plan commencera à partir de la fin de l'hiver 2011-2012. Les divisions internes à l'Union Européenne vont s'accentuer dés début 2012 (opposition Jupiter-Saturne qui va revenir en pleine lumière) et, sur le plan spécifique de la gestion impossible de déficits insoutenables, l'été 2012 risque fort d'apporter une nouvelle situation explosive. On en reparlera...

Puisque c'est la Grèce qui est au centre aujourd'hui de toutes les préoccupations, notons simplement que le nouveau plan de sauvetage n'aidera pas plus ce pays que le premier. L'Union Européenne et le FMI ne font que gaspiller l'argent du contribuable en pure perte. Et la participation des banques et autres institutions financières vont également contribuer à spolier les épargnants, car la dette grecque des banques est essentiellement intégrée dans des fonds commercialisés (Sicav ou FCP par exemple) ou dans les contrats d'assurance-vie (supports en euros en France notamment).

Pour s'en convaincre, il suffit de connaître le problème majeur de la Grèce : une population active qui dépend majoritairement de l'Etat avec 6 Grecs sur 10 qui, à un titre ou un autre, sont rémunérés directement ou indirectement par l'Etat. C'est cela, vivre au-dessus de ses moyens ! Trop de fonctionnaires, trop d'agents publics, trop d'emplois subventionnés et trop de privilèges clientélistes que les actifs du privé n'ont pas. Or, si l'on examine les deux plans d'austérité successifs du gouvernement Papandréou, il n'y a aucune volonté réelle de réduire le poids de cet Etat tentaculaire. Sans entrer dans les détails, signalons simplement que les effectifs publics baissent peu et que les fonctionnaires bénéficient toujours d'un 14ème mois de salaire qui n'a été que partiellement réduit...

Les hausses d'impôts qui s'accentuent vont évidemment rendre impossible tout redécollage économique du pays et la récession devrait ainsi plomber durablement le pays. Les privatisations, qui vont s'effectuer dans les pires conditions bien entendu, ne permettront que d'alléger un peu les problèmes de trésorerie sans pour autant suffire : l'Etat grec va en effet continuer à vivre très au-dessus de ses moyens ! C'est donc sans solution... Comme nous l'avons si souvent indiqué depuis plus d'un an, il ne fallait pas accumuler autant de déficits et de dettes, c'est à présent ingérable économiquement et intenable socialement. En fait, la seule solution est sans doute que, de plans d'austérité en plans d'austérité sur des années et des années, il finisse par arriver que l'Etat grec parvienne au bout du compte à ajuster ses dépenses à ses recettes. Ce jour là (mais dans 10 ans ou plus ?), la Grèce pourra repartir de l'avant. Mais cet effort demeure à faire pour l'essentiel, ce dont chacun mesure aujourd'hui qu'il est proprement monstrueux...

Les conflits planétaires autour de Pluton impliquent aussi autre chose pour la Grèce. Son système politique est en passe d'exploser, les conflits sociaux des agents publics pourrissent tout le pays et, désormais, un grand nombre de Grecs sont en faveur d'une politique musclée pour faire face à la situation. Ils sont donc en passe de rechercher "l' homme providentiel", c'est à dire en fait un régime autoritaire ou une dictature. Bien sûr, c'est dans la logique de la situation actuelle. C'est aussi dans la logique des conflits Uranus-Pluton, qui favorisent les complots et assassinats politiques, les coups d'Etat et l'instauration de régimes autoritaires, militaires ou fascistes. La Grèce sera certainement tentée par l'expérience...

Et puis, rappelons enfin que, probablement, la Grèce n'a aucune perspective viable dans la zone euro. Elle n'y avait pas sa place au départ et les mensonges accumulés des politiciens du pays ont finalement rendu sa participation à la zone euro intenable. La Grèce devrait donc quitter la zone euro pour revenir à une drachme évidemment dévaluée lourdement, ce qui lui permettrait au passage de réduire considérablement sa dette en la transférant en drachmes et de retrouver une certaine compétitivité économique. L'inflation qui en découlerait ruinerait à coup sûr le pays de façon sans doute dramatique, mais cela allégerait d'autant la dette et on ne voit désormais plus d'autre issue praticable.

Le schéma de l'abandon de l'euro par la Grèce est donc assez ou même très probable, au moins à moyen terme. Cela approfondira les divergences européennes sur la gestion de la crise de la dette, ce qui est tout à fait prévisible en raison de l'opposition Jupiter-Saturne qui s'est installée définitivement au début du printemps 2011. Or, ce cycle planétaire concerne notamment la construction européenne et sa politique monétaire. Inutile de se faire donc des illusions, l'Europe court au devant d'une crise politique et financière majeure... En fait, celle-ci a déjà débuté... L'euro devrait cependant subsister, puisque lancé sur une conjonction Jupiter-Saturne, ce qui assure en théorie la pérennité de la devise européenne. Mais à quel prix ? Une redéfinition de la zone euro est à cet égard plausible sur les années à venir.

En conclusion, la nouvelle étape de la crise de la dette montre que les pays occidentaux n'ont toujours rien compris. Ils pensent pouvoir se sauver de la dette en... s'endettant davantage ! C'est une spirale infernale, comme en témoignent les deux plans ruineux pour la Grèce. Le premier n'a servi à rien et le second suivra le même chemin... Malheureusement, le grand conflit entre Uranus et Pluton devrait démontrer que seule la baisse des dépenses publiques est la seule voie possible. Très douloureuse, certes, surtout après tant et tant de dépenses et d'engagements financiers clientélistes, mais incontournable.
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Johnny John » Mer 29 06 11 17:10

Eh ben !...

On dit, pour se rassurer sur le sort de la Grèce, en fait le nôtre; puisque par stratagème, ce pays fait partie de la zone euro, qu'elle a de la flotte marchande sous le pied.

Donc, il ne nous reste plus à nous, qu'à se doter des canots de sauvetage.

Mais où les Suisses vont-ils puiser leur génie ?

Dans le cas de gangrène, que fait-on au fait, je ne sais plus ?... On peut toujours chanter. "Mon grand bateau-o-o-o !"

Johnny John
La gravité est le bonheur des imbéciles et la nécessité des religions. (Montesquieu et autre)
Johnny John
 
Messages: 3401
Inscription: Ven 10 10 08 10:49
Localisation: Paris

Messagepar sivadon » Mer 29 06 11 17:54

"Mieux vaut une fin effroyable qu'un effroi sans fin".
Dans un an, on se dira qu'il aurait mieux valu de la fenêtre de tir de cette deuxième moitié de l'année 2011, un peu moins bousculée, pour amputer le membre malade. Les conséquences seraient moins graves maintenant que lorsque le carré Uranus-Pluton sera effectif.
sivadon
 
Messages: 495
Inscription: Jeu 21 01 10 22:27

Messagepar Jean-Francois Richard » Jeu 07 07 11 14:50

LEs conséquences de la faillite grecque, portugaises, etc. Ce sera bientôt le tour de la France, il n'y a pas que Bourse Anticipations à analyser les choses ainsi :

http://www.moneyweek.fr/20110757445/con ... e-lagarde/
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Jean-Francois Richard » Jeu 01 09 11 00:28

Article médiocre mais le titre résume tout :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011 ... ntrole.php
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Jean-Francois Richard » Jeu 01 09 11 23:18

Qui va croire le ministre grec ? Pas moi en tout cas :

http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 2c4f61d1e3
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Jean-Francois Richard » Dim 11 09 11 19:53

Nouvelles "économies" en Grèce, dit-on. Même mensonge qu'avec le dernier plan d'austérité français sur les classes moyennes qui a lui aussi été baptisé d' "économies".

En fait, la Grèce a tout simplement décidé d'augmenter encore une nouvelle taxe sur les propriétaires de leurs logements. Ce n'est pas une mesure d' "économie".

La mafia politique grecque ne veut donc toujours pas faire d'économies sur son train de vie et prétend continuenr préserver l'immense secteur public grec (6 actifs sur 10...) qui a mené à la ruine du pays.

En résumé, la Grèce ne peut que faire faillite. C'était déjà évident, mais les politiciens viennent de clouer le cercueil...
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Jean-Francois Richard » Lun 13 02 12 16:25

Que retenir du dernier plan grec ? Caricaturons à peine... Le gouvernement va engager des fonctionnaires en plus, des inspecteurs des impôts pour mieux ruiner les classes moyennes. A côté de cela, les 30.000 suppressions de postes de fonctionnaires, jamais appliquées depuis 2 ans, sont réduites à 15.000 et renvoyés à 2015 ou 2016. Il y a 1,5 million de fonctionnaires en Grèce et près de la moitié de la population (10,5 millions d'habitants) dépend de l'Etat pour vivre...

Dans les manifestations de dimanche, il n'y avait que des intérêts contradictoires, pour ne pas dire opposés, à être rassemblés... La voie est ouverte pour la sortie de l'euro et une dictature d'extrême-droite, c'est désormais une évidence !
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

Messagepar Pierre11 » Mer 15 02 12 18:19

C'est sûr que les choses sont mal parties !

Aujourd'hui, le site des Echos annonce que le plan d'aide pourrait être retardés après les élections d'avril...
http://www.lesechos.fr/investisseurs/ac ... 289855.php

Il se dit aussi que l'Union européenne ferait pression sur la Grèce pour que les élections d'avril soient purement et simplement supprimées, condition obligatoire pour que la Grèce puisse recevoir l'aide financière !!!!

La Grèce sortira de l'Euro et va probablement entraîner la zone euro dans sa chute.
(ancien Pierre d'Album du Futur)
Pierre11
 
Messages: 190
Inscription: Mer 19 12 07 14:43

Messagepar Jean-Francois Richard » Dim 11 03 12 01:46

L'insoluble dette grecque vient une nouvelle fois d'être... solutionnée ! Il en coûte maintenant 350 milliards d'euros, dont la spoliation de 100 milliards qui ne suscite guère de critiques : si les Français savaient que cela revient à effacer purement et simplement quelques lignes au sein de leurs contrats d'asurance-vie, ils seraient peut-être un peu meilleurs en économie et plus attentifs à la bonne gestion des Etats...

Toujours est-il que cet énième sparadrap grec, c'est à dire un mauvais adhésif bien sûr, correspond très bien à la belle réunion actuel de Jupiter et Pluton. Notre Si débonnaire Jupiter vient ainsi apaiser la crise de la dette, si bien représentée par Pluton... Cette crise effroyable est donc oubliée. Oubliée une nouvelle fois, pourrait-on dire...

En fait, on se satisfait très bien de ce nouvel accord sur la Grèce, d'autant plus facilement que la croissance américaine se conforte vaille que vaille. Uranus et Neptune veillent sur ce plan là, leur impact pour encourager l'intervention des Etats au secours d'une économie vacillante n'étant plus à démontrer depuis les plans de relance de 2009.

Tout cela donne l'impression que la crise de la dette est enfin sous contrôle et que le prochain retour d'une croissance solide mondiale n'est qu'une question de mois. Cette illusion durera le temps du vol d'une hirondelle au printemps... Le retour prochain du grand carré Uranus-Pluton, symbole de faillite des Etats et de récession, dissipera assez vite le malentendu actuel.

Mais dans l'immédiat, profitons de l'effet bien apaisant de Jupiter avec Pluton, qui sera d'ailleurs suivi un peu plus tard d'un joli quintile de Saturne au même Pluton. La fin de l'hiver est rêveuse ? Sans doute, mais heureusement qu'il y a quelques embellies avant d'affronter le choc suivant...
Jean-Francois Richard
Site Admin
 
Messages: 7800
Inscription: Ven 13 04 07 18:27
Localisation: F-Lambesc (13)

PrécédentSuivant

Revenir vers EUROPE

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité